Ces frais de notaires qui surprennent lors des successions aux héritiers

Ces frais de notaires qui surprennent lors des successions aux héritiers

Lorsqu’un proche décède, la question de la succession se pose inévitablement. Si les droits de succession sont généralement bien connus et anticipés, un autre aspect financier reste souvent négligé : les frais de notaire. Pourtant, ces derniers peuvent représenter une part non négligeable du coût total d’une succession.

Dans cet article, nous allons vous éclairer sur ce sujet parfois méconnu, afin que vous puissiez mieux appréhender cette étape délicate. Nous aborderons notamment le calcul des frais de notaire dans le cadre d’une succession, ainsi que les différentes possibilités pour les réduire ou les éviter.

Comprendre les frais de notaire dans une succession

Lorsqu’il s’agit de gérer une succession, il est essentiel de comprendre la composition des frais de notaire. Ces derniers comprennent plusieurs éléments :

  • Les émoluments, qui sont des tarifs réglementés pour certains actes notariés ;
  • Les honoraires, qui rémunèrent les consultations ou conseils juridiques du notaire ;
  • Les débours, qui correspondent aux dépenses engagées par le notaire pour le compte de son client ;
  • Les droits et taxes, que le notaire collecte pour le compte de l’État lors d’une transaction.

Il est important de noter que ces frais peuvent varier en fonction du type et de la valeur de l’acte.

Lire aussi :  Pourquoi il est impossible de deshériter entièrement ses enfants en France

Le processus de règlement d’une succession et ses coûts associés

La première étape du règlement d’une succession est l’identification des héritiers, réalisée par un acte de notoriété. Ensuite, les biens du défunt sont évalués et transmis aux héritiers.

Si la propriété comprend des biens immobiliers, une attestation immobilière est nécessaire, avec un coût proportionnel à la valeur des biens.

Les formalités fiscales comprennent la déclaration de succession, qui peut engendrer des frais supplémentaires en fonction de la valeur de l’héritage. Enfin, si un partage amiable ou un inventaire est nécessaire, des frais supplémentaires peuvent s’ajouter.

Voici les détails des frais associés aux diverses étapes du règlement d’une succession

L’acte de notoriété

Les frais liés à l’acte de notoriété constatant la dévolution successorale se décomposent généralement comme suit :

  • Un émolument fixe de 56,60 euros hors taxe.
  • Des émoluments de formalités variables en fonction des besoins spécifiques du dossier.
  • Un droit sur état de 25 euros revenant au Trésor Public.

L’attestation immobilière

Le coût d’une attestation de propriété immobilière est structuré comme suit :

  • Un émolument proportionnel (article A444-59 du Code de commerce).
  • Des émoluments de formalités. Un droit fixe d’enregistrement de 125 euros.
  • Une contribution de sécurité immobilière évaluée à 0,10 % de la valeur des biens immobiliers transmis (le minimum de perception étant de 15 euros).
Lire aussi :  Quand la succession ne nécessite ni déclaration ni paiement !

Par exemple, pour un bien évalué à 100 000 €, les frais s’élèvent à 1729 €, répartis comme suit :

  • Émoluments d’acte : 704 €
  • Émoluments de formalités : 470 €
  • Droits d’enregistrement : 125 € CSI : 100 € TVA : 235 €
  • Débours estimés : 95 € Source : guide de la taxe.

La déclaration de succession

Les frais liés au dépôt de la déclaration de succession doivent être considérés en deux temps :

  • La part relative à la formalité en tant que telle.
  • Le paiement des droits de succession.

L’établissement du formulaire permet au notaire de percevoir un émolument proportionnel selon le barème de l’article A444-63 du Code de commerce, majoré des frais générés par les formalités.

Il est important de noter que le recours au notaire n’est pas obligatoire pour la réalisation de cette obligation fiscale de dépôt de la déclaration de succession. Dans certains cas, vous pouvez effectuer ce dépôt vous-même, ce qui vous éviterait ces frais souvent élevés (bien que cela nécessite un investissement en temps).

Lire aussi :  Louer ou prêter un bien à ses enfants : faut-il passer chez le notaire ?

Pour un actif de 150 000 €, le coût hors droit de succession est de 1190 €, répartis comme suit :

  • Émoluments d’acte : 777 €
  • Émoluments de formalités : 215 € TVA : 198 €

En ce qui concerne les droits de succession, si le conjoint et le partenaire de pacs sont exonérés, ce n’est pas le cas des autres héritiers ou légataires. Il est essentiel de connaître certaines règles pour évaluer les droits éventuels à honorer.

Stratégies pour minimiser les frais de notaire dans une succession

Une planification préalable peut aider à réduire les frais de notaire lors d’une succession. Une transmission anticipée du patrimoine, par exemple, peut diminuer les droits de succession qui constituent souvent la dépense principale. De même, constituer une épargne suffisante permettra aux héritiers de faire face à ces dépenses, surtout en cas de patrimoine immobilier important.

Si l’anticipation n’est pas possible, la vente d’un ou plusieurs biens dépendants de la succession peut être envisagée pour couvrir ces frais. Il est donc crucial d’évaluer toutes les options disponibles pour optimiser la gestion des frais liés à une succession.

Justin Conseil est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux

Formaliste de métier et professionnel de la publicité foncière, je vous partage quotidiennement des analyses pointues dans les domaines notarial, patrimonial, financier, des successions, et des aides sociales.

Voir tous les articles de l'auteur