Comment fixer le juste prix de votre bien immobilier dans un marché en déclin ?

Comment fixer le juste prix de votre bien immobilier dans un marché en déclin

Il n’est pas évident de fixer le juste prix de votre bien immobilier surtout en période de crise. Afin de mettre toutes les chances de votre côté, voici les principaux critères d’estimation à prendre en compte.

Petit rappel sur les critères d’estimation du prix d’un bien immobilier

Pour bien estimer la valeur économique de votre logement, comparez le à d’autres biens possédant les mêmes caractéristiques. Pour cela, rien de plus simple. Visitez les principaux sites d’annonces de ventes immobilières. Les sites vitrines d’agences immobilières locales constituent également d’excellentes sources d’informations.

Bien entendu, la situation géographique d’un bien influe beaucoup sur son prix. Les logements situés dans les grandes agglomérations sont généralement plus chers. La proximité des commerces et des transports en commun constituent des critères de choix privilégiés par les acquéreurs. Idem pour la sécurité locale.

Fixer le prix de votre logement en fonction de son emplacement ne suffit pas pour générer d’éventuelles plus-values. A cet effet, il faut creuser plus loin en prenant en compte la surface du bien (en mère carré). C’est un critère non négligeable pour fixer le juste prix de votre bien. En principe, le prix du mètre carré progresse selon ce paramètre.

Lire aussi :  Vous devriez investir dans ces villes si vous souhaitez louer à des étudiants !

La valeur de votre logement progresse automatiquement s’il y a des espaces extérieurs : Terrasse, Balcon et/ou une Piscine. Le prix de vente sera encore plus important avec une surface constructible. En raison, cette dernière peut accueillir une pièce supplémentaire, une maison de plain-pied ou encore une dépendance. Des caractéristiques très recherchées par les acquéreurs potentiels.

D’autres critères d’estimation à passer au crible

Vous pouvez d’ailleurs réaliser quelques travaux de rénovation en vue d’augmenter le prix de votre logement. Dans cette optique, isolez en priorité la toiture ainsi que les murs de votre logement. Ces endroits représentent une part importante des déperditions thermiques au sein d’une habitation.

Pensez également à améliorer la note DPE (diagnostic de performance énergétique) de votre logement. Il s’agit d’un élément technique indélébile dans le cadre d’une vente ou d’une location immobilière. Logiquement, les logements possédant de belles performances énergétiques se vendent plus vite. Plus confortables et moins énergivores, ils sont souvent privilégiés par les acquéreurs.

Notons qu’à partir de 2025, les logements classés G sur le DPE vont être interdits à la location.

Cette mesure s’appliquera ensuite à tous les biens notés F en 2028. Ainsi, si votre maison présente un DPE faible, son prix risque d’être décoté par rapport aux autres logements de sa catégorie.

Lire aussi :  Taxe foncière : très souvent, l'administration surestime la valeur de votre bien immobilier

En plus du DPE, d’autres critères importants doivent être pris en compte pour réussir l’estimation de votre bien. L’état de votre bâti en fait partie intégrante. C’est un élément variable qui évolue en fonction de la date de construction du logement. Plus elle est ancienne, plus la décote sera élevée. En raison, le nouveau propriétaire devra réaliser des travaux d’amélioration après la signature de l’acte de vente. Il sera ainsi en position de force lors des négociations du prix.

À ne pas rater !
Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.
Adresse e-mail non valide
vincent cuzon
Vincent Cuzon

Expert en relations presse, j'ai rejoint Just 1 Conseil en tant que responsable éditorial pour partager mon expertise sur les thématiques immobilières et du logement.

Voir tous les articles de l'auteur