Épargne salariale : un avantage caché volontairement par les entreprises

Épargne salariale un avantage caché volontairement par les entreprises

Mise en place dans certaines entreprises, l’épargne salariale est un outil pour bénéficier de compléments de revenus.

Mais pas que ! Plusieurs raisons incitent les sociétés à instaurer ce système d’épargne collectif, sans vous le faire savoir. Découvrez-les dans cet article.

L’épargne salariale : comprendre son fonctionnement

L’épargne salariale est alimentée par l’intéressement et la participation de l’entreprise. Elle permet de constituer un plan d’épargne retraite collectif ou PERCO et un plan d’épargne entreprise ou PEE. Tout comme les livrets d’épargne, ces supports vous aident à réaliser des économies.

En revanche, il s’agit ici de l’initiative de l’entreprise. Vers la moitié de l’année 2023, les encours des PEE et du PERCO ont atteint les 180 milliards d’euros. Et ce chiffre peut encore augmenter davantage dans les prochaines années puisque l’instauration d’un dispositif de partage de valeur sera obligatoire à toutes les sociétés composées de 11 à 49 salariés, et ce, dès le 1er janvier 2025.

Lire aussi :  Votre banque peut-elle changer les conditions de votre prêt ?

Épargne salariale : une récompense et un encouragement pour les salariés

L’épargne salariale est un moyen de motiver les salariés. La participation doit être mise en place dans une société avec plus de 50 collaborateurs. Grâce à ce dispositif, les salariés perçoivent une part des bénéfices de l’entreprise. Les sommes versées dépendent justement du niveau de profits réalisés, dans la limite de 32 994 euros en 2023, soit à 75% du plafond annuel de la Sécurité sociale ou PASS. Qui plus est, si les entreprises font partie du CAC 40, la prime peut atteindre des milliers d’euros.

Ensuite, il y a également l’intéressement qui vient en complément de la participation. Facultatif, ce dernier est une prime relative à la performance de l’entreprise. Un moyen aussi de récompenser les salariés de leurs investissements pour l’atteinte d’un objectif.

Une fiscalité avantageuse

L’employé peut choisir d’encaisser directement la prime. Dans ce cas, les fonds seront assujettis à l’impôt sur le revenu. Mais, si vous les versez sur un PEE ou un PER souscrit par l’employeur, la donne n’est plus la même. Ils sont exemptés d’impôts, mais soumis aux contributions sociales à 9,7%.

Lire aussi :  Droits des salariés face au télétravail et aux congés imposés pendant les JO 2024

Lorsque vous décidez de placer votre prime dans le PER ou le PEE de l’entreprise, votre argent sera immobilisé, et ce, pendant une durée de 5 ans au minimum. En cas d’achat de résidence principale ou de mariage, par exemple, un déblocage anticipé peut être acté. Mais pour cela, il faudra apporter des justificatifs précis comme un acte de mariage.

Il se peut que votre employeur complète vos versements volontaires par une somme d’argent. Il s’agit du mécanisme d’abondement. Ce dernier permet d’encourager le salarié à faire des versements sur son épargne salariale. Et son pourcentage peut aller jusqu’à 300% des versements, selon les préférences de votre entreprise.

À ne pas rater !
Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.
Adresse e-mail non valide
justin malraux
Justin Malraux

Formaliste de métier et professionnel de la publicité foncière, je vous partage quotidiennement des analyses pointues dans les domaines patrimonial, financier, des successions, et des aides sociales.

Voir tous les articles de l'auteur