Focus sur le PER individuel : comparaison du PER assurantiel et du PER bancaire

Focus sur le PER individuel : comparaison du PER assurantiel et du PER bancaire

Vous envisagez de souscrire un PER individuel prochainement ? Sachez que c’est un produit d’épargne à multiples facettes. Ici, nous allons vous expliquer comment différencier un PER assurantiel et un PER bancaire.

Les points communs entre le PER Assurantiel et le PER bancaire

Si vous n’avez jamais ouvert un PER de votre vie, vous risquez de vous perdre facilement dans la jungle des plans épargne retraite. Les banques et les compagnies d’assurance en proposent avec une large gamme de choix. Donc, ce n’est pas évident de trancher. Pour éviter toute mauvaise surprise, vous devez d’abord apprendre à distinguer le PER assurantiel et le PER bancaire. Il s’agit de deux produits d’épargne différents, mais fonctionnant presque de la même façon.

Le PER assurantiel et le PER bancaire permettent tous de préparer la retraite. C’est un point commun qu’ils partagent. En principe, les capitaux cumulés au fil des années servent à anticiper vos vieux jours. De quoi compléter votre pension de retraite.

 

Lire aussi :  Investir ou acheter ensemble sans mariage : conseils essentiels pour protéger votre achat

Vous vous constituez ainsi une épargne pendant votre vie active. Elle restera bloquée dans votre PER individuel jusqu’à vous atteignez l’âge de départ à la retraite (62 ans en général). Il s’agit donc d’un produit d’épargne à souscrire dans une optique de long terme. Deux options de sortie sont prévues ; en capital ou en rente.

Un PER bancaire, tout comme un PER assurantiel : vous donne la possibilité de déduire les versements volontaires de vos revenus imposables. C’est d’ailleurs l’un des principaux avantages de ce produit d’épargne.

Si vous êtes actuellement salarié, la déduction se limite à 10 % de vos revenus professionnels de 2022 (nets de cotisations sociales et de frais professionnels). Vous pouvez déduire jusqu’à 35 194 €. Si ce montant est plus important, alors, le plafond est fixé à 4 114 €.

Le plafond de déductibilité des versements n’est pas le même pour un travailleur indépendant. Deux scénarios sont possibles :

  1. 10 % des bénéfices imposables de 2022 (BIC, BNC, ou BA), dans la limite de 351 936 € auxquels s’ajoutent 15 % du bénéfice imposable compris entre 43 992 et 351 936 €.
Lire aussi :  Crédit immo : Les emprunteurs vont pouvoir entammer l'année 2024 sereinement

Ou

  1. 4 114 € additionnés à 15 % du bénéfice imposable compris entre 43 992 € et 351 936 €, si ce montant est plus élevé.

Zoom sur les points de divergence !

Le PER bancaire et le PER assurantiel diffèrent sur quelques points surtout au niveau des fonds disponibles. Retenez bien que seul le PER Assurance permet d’accéder au fonds en euros. Vous l’aurez compris, c’est un placement plus sécurisé. Vos capitaux sont ainsi garantis à long terme moyennant une fiable rémunération.

De son côté, le PER bancaire ou PER d’investissement, ouvre des portes vers des actions et des actifs plus risqués (fonds obligataires ou monétaires).

Dans le cadre d’une transmission de patrimoine, le PER assurantiel s’avère être plus avantageux fiscalement. En cas de décès avant 70 ans, les bénéficiaires désignés en amont jouissent d’une exonération de droits de succession, dans la limite de 152 500 €/bénéficiaire.

En somme, un PER bancaire s’apparente à un compte titres, tandis que le PER assurantiel possède les traits d’un contrat d’assurance-vie.

Lire aussi :  Maximisez votre productivité : Conseils pour une organisation efficace en tant que travailleur indépendant !   
À ne pas rater !
Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.
Adresse e-mail non valide
justin malraux
Justin Malraux

Formaliste de métier et professionnel de la publicité foncière, je vous partage quotidiennement des analyses pointues dans les domaines patrimonial, financier, des successions, et des aides sociales.

Voir tous les articles de l'auteur