Le prix de l’immobilier recule dans certaines stations de ski, est-ce le moment d’acheter ?

Le prix de l'immobilier recule dans certaines stations de ski, est-ce le moment d'acheter

Dans le monde de l’immobilier, les stations de ski représentent un marché à part. Entre celles qui voient leurs prix chuter et celles qui défient la tendance, il est parfois difficile de s’y retrouver.

Cet article se propose d’éclairer votre lanterne en analysant les différentes dynamiques à l’œuvre dans ce secteur spécifique. Que vous soyez investisseur aguerri ou simple curieux, découvrez quelles sont les stations de ski où il fait bon investir et celles qu’il vaut mieux éviter.

Le marché immobilier en montagne : une résilience face à la baisse générale des prix

Après une période de croissance soutenue, le secteur immobilier en altitude a connu un léger recul au troisième trimestre. Cette tendance devrait s’intensifier en 2024 avant de rebondir avec les Jeux Olympiques de 2030.

Selon la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim), le coût moyen du mètre carré dans les régions montagneuses est actuellement de 3 933 euros, soit une augmentation de 4% par rapport à l’année précédente.

Lire aussi :  Rendements des assurances-vie : l'impact de la crise immobilière sur les fonds en euros

Ce marché reste robuste malgré la baisse générale des prix sur le territoire national, grâce à un fort taux de location qui assure aux propriétaires la pérennité de leur investissement.

Les stations de ski les plus onéreuses et l’évolution du marché

Le marché immobilier des Alpes, notamment dans les stations de ski haut de gamme comme Val d’Isère, Courchevel, Megève et Méribel, affiche des prix au mètre carré dépassant les 10 000 euros.

Cependant, une décélération du volume des transactions est observée depuis quelques mois avec une baisse de 16% entre septembre 2022 et août 2023 selon la Fnaim.

De plus, une contraction des ventes de 20 à 30% a été notée cette année. Bien que les propriétaires ne soient pas pressés de réduire leurs prix, une correction du marché est attendue en 2024 avec une baisse estimée entre 5 et 10%. Une tendance déjà perceptible dans certaines stations alpines où les prix ont légèrement diminué au troisième trimestre.

Lire aussi :  Les promoteurs immobiliers dans la tourmente, la crise va faire "très" mal

Les défis de la rénovation énergétique et du changement climatique

Le parc immobilier en montagne, plus gourmand en énergie avec 31% d’étiquettes F ou G, est confronté à un défi majeur : l’investissement massif dans la rénovation énergétique.

En effet, l’interdiction de louer des logements classés E, F ou G entre 2025 et 2034 pourrait concerner jusqu’à deux tiers des habitations en stations de ski.

Par ailleurs, face au réchauffement climatique et à la diminution de l’enneigement, les stations doivent diversifier leurs offres pour attirer une clientèle tout au long de l’année. Cependant, l’organisation des Jeux Olympiques de 2030 dans les Alpes pourrait stimuler le marché immobilier grâce à une amélioration des services et infrastructures.

En conclusion, le marché immobilier des stations de ski se révèle être un terrain d’investissement singulier, avec des dynamiques contrastées entre les différentes destinations.

Malgré une légère contraction récente dans certaines stations de renom, le secteur montagnard reste globalement résilient, soutenu par un taux de location élevé qui assure la pérennité des investissements.

Lire aussi :  Divorce et patrimoine : Le démembrement temporaire est-il votre meilleur allié ?
À ne pas rater !
Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.
Adresse e-mail non valide
vincent cuzon
Vincent Cuzon

Expert en relations presse, j'ai rejoint Just 1 Conseil en tant que responsable éditorial pour partager mon expertise sur les thématiques immobilières et du logement.

Voir tous les articles de l'auteur