Obtenir un crédit à plus 50 ans, êtes-vous encore finançable et à quel taux ?

Obtenir un crédit à plus 50 ans, êtes-vous encore finançable et à quel taux ?

Après 50 ans, certaines banques peuvent refuser de vous octroyer un emprunt. Mais cela ne signifie pas que c’est impossible. Il y a des critères supplémentaires retenus par les établissements financiers. Lesquels ?

Emprunter après 50 ans, c’est possible, sous certaines conditions

Vous venez d’avoir 50 ans, vous avez un projet en tête, et vous envisagez de souscrire un prêt pour le concrétiser ? Sachez qu’il n’y a pas d’âge limite pour emprunter. Quoi qu’il en soit, certaines banques pourraient ne pas valider votre dossier.

Notons que les risques d’impayés sont plus élevés chez les seniors.

En cas de mauvaise santé, ils sont plus susceptibles d’être invalides, ou pire, de mourir par rapport aux jeunes actifs. En principe, l’échéance d’un remboursement de crédit ne devrait pas intervenir après vos 75 ans.

Contrairement aux jeunes actifs, les revenus d’un senior sont plutôt dégressifs. Il s’agit en l’occurrence d’une baisse du pouvoir d’achat pouvant aller jusqu’à 50 %. C’est un détail qui n’échappe pas à la vigilance des banques. Elles passent toujours au crible la situation financière de chaque client avant d’octroyer un prêt.

Lire aussi :  Vos frais d'assurance vie dépassent-ils la moyenne ? Nous faisons le point !

L’assurance emprunteur est plus spécifique pour les seniors. Obligatoire, celle-ci ne peut pas dépasser généralement les 70 ou 75 ans. Au-delà, les risques de non remboursement ne sont plus couverts. A l’évidence, le coût de cette assurance emprunteur reste élevé, en raison notamment de l’âge avancé d’un senior.

En d’autres mots, vous pouvez emprunter après 50 ans, mais la facture risque d’être salée. D’autant que votre taux d’endettement (plafonné à 35 % depuis 2021) progresse en fonction du coût de l’assurance emprunteur.

D’autres critères retenus par les banques pour les emprunteurs seniors

Parmi les critères retenus par les banques, il y a notamment l’apport personnel. Il s’applique d’ailleurs à tous les clients des banques, qu’ils soient jeunes ou seniors. En principe, s’il s’agit d’un crédit immobilier, votre banquier peut vous exiger un apport personnel minimum de 10 %.

En cas de refus de votre dossier, d’autres alternatives sont mises en avant par les banques comme le prêt à paliers. Il permet notamment de mieux anticiper une éventuelle baisse de revenus d’un senior souhaitant emprunteur. Les mensualités de crédit seront ainsi adaptées en fonction de votre situation financière.

Lire aussi :  Peut-on compter sur un syndicat pour défendre une demande personnelle en entreprise ?

D’autres alternatives existent comme le « contrat groupe » ou la « délégation d’assurance » (proposée par une compagnie d’assurance). La première option permet d’être couvert jusqu’à 65 ans, tandis que la deuxième couvre les risques de décès ou de perte d’autonomie au-delà de ce plafond.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, vous pouvez hypothéquer votre bien immobilier. Même si vous avez déjà dépassé la cinquantaine, certaines banques vous proposeront cette solution de financement.

Attention ! En cas de défaillance de votre part, votre logement fera l’objet d’une saisie immobilière.

À ne pas rater !
Ne ratez plus aucune opportunité et recevez les meilleures actualités par email.
Adresse e-mail non valide
vincent cuzon
Vincent Cuzon

Expert en relations presse, j'ai rejoint Just 1 Conseil en tant que responsable éditorial pour partager mon expertise sur les thématiques immobilières et du logement.

Voir tous les articles de l'auteur